Salarié étranger : obtenir une autorisation de travail auprès de l’OFII avec le programme « jeune professionnel »

jeune professionnel

Lorsqu’un ressortissant étranger souhaite exercer une activité professionnelle en France, il doit être muni d’une autorisation de travail. Depuis avril 2022, celle-ci peut être sollicitée directement auprès de l’OFII dans le cadre du programme « jeune professionnel ». Voici son fonctionnement.

Qu’est-ce que le programme « jeune professionnel » de l’OFII ?

Lorsqu’un employeur cherche une recrue formée pour assurer certaines fonctions, il se peut qu’il peine à recruter sur le territoire français. Pour pourvoir un poste vacant, il peut alors se tourner vers des candidatures issues de pays étrangers, susceptibles de correspondre à ses attentes.

Car bon nombre de ressortissants étrangers rêvent d’exercer une activité en France, afin d’améliorer des compétences linguistiques, professionnelles et culturelles. Pour mettre en relation salariés étrangers et employeurs désireux de recruter, l’OFII intervient au sein de ses plateformes interrégionales de la main-d’œuvre étrangère par le biais du dispositif « jeune professionnel »

Quels sont les avantages d’un tel programme ?

Le programme « jeune professionnel » offre des avantages aussi bien aux entreprises qui peinent à recruter qu’aux ressortissants étrangers soucieux d’intégrer un poste. Accompagnés par l’Office français de l’immigration et de l’intégration, les travailleurs formés et les employeurs peuvent entamer des démarches pour solliciter une autorisation de travail.  

Pour le salarié

Le salarié, lorsqu’il rejoint le programme de l’OFII, jouit d’une sécurité qui le protège d’éventuels abus et d’un suivi médical réalisé par l’organisme. En cas de difficultés, il peut à tout moment bénéficier de l’assistance d’un interlocuteur de l’office et exerce son activité professionnelle dans les règles, grâce à une autorisation de travail officielle. Dans certains cas, les jeunes concernées par le dispositif peuvent aussi faire venir leur famille en France.

Pour l’employeur

Pour les recruteurs, le programme « jeune professionnel » s’avère aussi avantageux. En plus de bénéficier de main-d’œuvre lorsqu’ils peinent à recruter, ces derniers ne sont pas engagés sur une longue durée, car les contrats de travail à durée déterminée proposés aux étrangers ne peuvent dépasser 1 an. Les recrues présentées aux employeurs en recherche de salariés sont sélectionnées par l’OFII pour leurs compétences afin de répondre aux exigences de l’entreprise concernée.  

Qui sont les ressortissants étrangers éligibles à ce dispositif ?

Pour intégrer le programme de l’OFII, certaines conditions d’âges doivent être respectées :

  • vous devez avoir entre 18 et 35 ans ;
  • être titulaire d’un diplôme correspondant au poste qui vous est proposé en France.

Notez que les ressortissants du Bénin peuvent poser leur candidature jusqu’à 40 ans, ceux de la Russie jusqu’à 30 ans et les Tunisiens jusqu’à 35 ans.

Quels sont les pays concernés par l’offre de l’OFII ?

L’Office français de l’immigration et de l’intégration a signé un accord de mobilité internationale avec 18 pays. Ce sont les ressortissants de ces États qui peuvent postuler à une offre d’emploi compatible avec leurs compétences :

  • l’Algérie ;
  • l’Argentine ;
  • le Bénin ;
  • le Canada ;
  • le Cap-Vert ;
  • le Congo-Brazzaville ;
  • les États-Unis ;
  • le Gabon ;
  • la Géorgie ;
  • l’inde ;
  • le Maroc ;
  • la République de Maurice ;
  • le Monténégro ;
  • la Nouvelle-Zélande ;
  • la Russie ;
  • le Sénégal ;
  • la Serbie ;
  • et la Tunisie.

Quelles sont les démarches à réaliser pour obtenir une autorisation de travail ?

Pour qu’une autorisation de travail vous soit délivrée par l’OFII dans le cadre du programme « jeune professionnel », vous et votre futur employeur devez réaliser certaines formalités administratives.

Pour le salarié

En tant que future recrue, vous devez dans un premier temps transmettre à l’office les documents qui suivent :

  • votre CV ;
  • votre lettre de motivation ;
  • une copie de vos diplômes, de vos certificats de stages et de travail ;
  • une copie des 6 premières pages de votre passeport ;
  • et un engagement de retour dans votre pays d’origine complété et signé.

Notez que les documents officiels rédigés en langue étrangère doivent impérativement être transcrits par un traducteur agréé.

Pour l’employeur

Lorsqu’un recruteur souhaite embaucher de la main-d’œuvre étrangère, il doit se manifester auprès de l’OFII qui se charge de publier ses besoins d’effectif. Lorsqu’un employeur reçoit une demande de la part d’un travailleur étranger, il doit s’acquitter d’une taxe obligatoire et transmettre ensuite certains documents à son futur salarié pour que son dossier soit complet. Il doit également s’engager à verser le même salaire à son nouveau travail que celui versé au reste de son équipe.

Notez que celui-ci ne peut en aucun cas être inférieur au SMIC.

Quels éléments doivent être joints à ma demande d’autorisation de travail ?

Dès lors qu’un employeur est intéressé par vos compétences et décide de vous intégrer à ses effectifs, vous devrez faire parvenir à l’OFII :

  • le formulaire CERFA n° 15187*02 complété et signé ;
  • votre autorisation de travail en France si vous comptez exercer une profession réglementée ;
  • un extrait Kbis de la société qui vous emploie et un bordereau des cotisations et contributions sociales ;
  • ainsi que le mandat du représentant de l’employeur.

Une fois votre requête déposée, l’OFII vérifier qu’elle soit complète et la transmet à la SMOE. Sous 20 jours, votre dossier est transféré au consulat de France et la décision des autorités françaises vous est divulguée.

Quelles taxes doit payer l’employeur pour embaucher un salarié « jeune professionnel » ?

Lorsqu’un recruteur reçoit une candidature de la part d’un jeune professionnel, il doit s’acquitter d’une taxe obligatoire dont le montant est fixé à 72 €.

Quelle est la durée d’un contrat de travail administré par l’OFII ?

Embaucher un travailleur dans le cadre du programme « jeune professionnel » n’est pas définitif. En effet, le salarié étranger signe un CDD pour une durée minimale de 3 mois qui peut aller jusqu’à 12 mois. Le contrat peut toutefois être renouvelé après autorisation délivrée par l’OFII. Pour l’obtenir, vous devez compléter le formulaire CERFA n° 15186*03 et l’adresser à la direction territoriale de l’organisme.  

 

Dernières actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *