L’offre de prise en charge (OPC)

l'offre de prise en charge

Lorsque vous entamez des démarches administratives pour demander l’asile en France, l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) vous remet au plus tôt une OPC (offre de prise en charge). Sur ce document que vous pouvez accepter ou refuser, vos droits à des prestations sociales et avantages sont énumérés noir sur blanc. Voici comment accéder à votre OPC.

Qu’est-ce qu’une offre de prise en charge ?

Au cours de votre parcours pour demander l’asile, votre interlocuteur privilégié sera l’OFII. L’organisme vous accompagne tout au long de vos démarches et vous propose au plus tôt une offre de prise en charge (OPC). Ce document indique les droits auxquels vous pouvez prétendre en attendant qu’un statut de réfugié vous soit octroyé. Lorsque l’OFII vous propose ces conditions matérielles d’accueil, vous avez le choix entre les accepter ou les refuser.  

Quels avantages peut mentionner une OPC ?

L’offre de prise en charge de l’OFII comporte plusieurs avantages qui peuvent rapidement vous simplifier la vie lorsque vous arrivez sur le territoire français. Lorsque vous sollicitez un statut de réfugié, d’apatride ou de bénéficiaire de la protection subsidiaire, vous ne pouvez pas immédiatement exercer une activité professionnelle, c’est pourquoi ces aides gouvernementales peuvent s’avérer être précieuses.

L’ADA (allocation pour les demandeurs d’asile)

L’allocation versée par la CAF aux demandeurs d’asile qui y sont éligibles vous est proposée par l’OFII au sein de son offre de prise en charge. L’accepter, c’est vous assurer un revenu minimum pour pourvoir à vos besoins et à ceux de votre famille lorsque vous arrivez en France.

Un lieu d’hébergement et une adresse

Pour que vous puissiez bénéficier d’un endroit où dormir et d’une adresse postale où recevoir vos courriers liés à votre demande d’asile, l’OFII vous propose au plus tôt des solutions. Au sein de ses PADA (plateformes d’accueil pour demandeurs d’asile), l’organisme peut vous loger de manière temporaire lorsque des places sont disponibles. Si vous acceptez l’offre de prise en charge, vous êtes tenus de vous présenter au lieu d’accueil qui vous est offert sous 5 jours pour ne pas voir vos droits être suspendus.

Le droit au travail

Si aucun organisme n’a donné suite à votre demande d’asile dans les 6 mois qui suivent votre arrivée en France, vous pouvez entamer des démarches pour solliciter le droit au travail. Les agents de l’OFII pourront vous accompagner et vous indiquer la procédure à suivre pour être en règle lorsque vous exercez une activité professionnelle sur le sol français.

Comment sont calculés les droits présents sur l’offre de prise en charge de l’OFII ?

En fonction de votre situation personnelle, des ressources dont vous disposez et de la composition de votre foyer, vous pouvez bénéficier d’aides plus ou moins conséquentes. En effet, lorsque vous avez des enfants à charge, le montant de l’ADA peut être majoré et des prestations complémentaires peuvent s’offrir à vous. Par exemple, une solution d’accueil sera plus facilement offerte à une famille qui comprend des enfants en bas âge qu’à un homme seul.

Comment obtenir ce document ?

L’offre de prise en charge vous est remise par l’OFII lorsque vous enregistrez votre demande d’asile. Lorsque vous vous rendez au guichet unique (GUDA) afin de faire prélever vos empreintes digitales et de déposer votre requête, l’organisme vous remet ce document que vous devez signer pour bénéficier des droits qu’il mentionne.

Que se passe-t-il en cas de refus d’une offre de prise en charge ?

Si vous ne souhaitez pas résider dans l’un des lieux d’accueil proposés par l’OFII, vous ne pouvez prétendre au versement de l’ADA qui va de pair avec une offre d’hébergement. Vous devez donc refuser l’offre de prise en charge. Cette action n’influe pas sur vos chances d’obtenir votre statut de réfugié, mais vous lèse, car vous ne jouissez d’aucun des droits qui vous sont pourtant dus.

Dernières actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.